Results for: jacques Search Results
Family Filter:
2:27
Watch out, the ten foot joker can strike at anytime. Adult diapers are recommended for all viewers and casino patrons. Killing silks, acrobatics, stilts, chimes, fountains, and defying all logic, Niagara Falls is trumped by the Royal Flush. Featuring Leland Tilden as the Joker, Vanita Butrsingkorn as Ace, Chris Begay as Jack, Emily Hughes as Ten, Sarah Scheunhage as Queen and Mark Segal as the King. Stage managed and understudied by Lee Lahty Cheung and Angie Kailan, coreographed by Jenny Anne McCowan, produced by Thom Solokoski and smartculture.ca. The modern concept of a circus as a circular arena surrounded by tiers of seats, for the exhibition of equestrian, acrobatic, and other performances seems to have existed since the late 18th century. Reality television, alternatively, is a genre of television programming which presents purportedly unscripted dramatic or humorous situations, documents actual events, and features ordinary people instead of professional actors. Although the genre has existed in some form or another since the early years of television, the term "reality television" is most commonly used to describe programs produced since 2000. Documentaries and nonfictional programming such as the news and sports shows are usually not classified as reality shows. A circus is most commonly a traveling company of performers that may include acrobats, clowns, trained animals, hula hoopers and other fun acts and the word also describes the performance that they give. A circus is held in an oval or circular arena with tiered seating around its edge; in the case of traveling circuses this location is most often a large tent. The circus is thought to have had its origin in Ancient Rome, where the circus was an open-air stadium where chariot and horse races and other public exhibitions were held. Briton Philip Astley is thought of as the father of the modern circus, establishing permanent and travelling circuses in Britain and Europe in the late 18th century. In Ancient Rome the circus was a building for the exhibition of horse and chariot races, equestrian shows, staged battles, displays featuring trained exotic animals, jugglers and acrobats and other amusements. The circus of Rome is thought to have been influenced by the Egyptians and Greeks where chariot racing and the exhibition of exotic animals were popular events. The Roman circus consisted of tiers of seats running parallel with the sides of the course, and forming a crescent round one of the ends. The lower seats were reserved for persons of rank; there were also various state boxes, eg. for the giver of the games and his friends. In Ancient Rome the circus was the only public spectacle at which men and women were not separated. The first circus in Rome was the Circus Maximus, in the valley between the Palatine and Aventine hills. Next in importance to the Circus Maximus in Rome was the Circus Flaminius, the Circus Neronis, from the notoriety which it obtained through the Circensian pleasures of Nero. A fourth, the Circus of Maxentius, was constructed by Maxentius; the ruins of this circus have enabled archaeologists to reconstruct the Roman circus. The modern concept of a circus as a circular arena surrounded by tiers of seats, for the exhibition of equestrian, acrobatic, and other performances seems to have existed since the late 18th century.[1] The popularity of the circus in England may be traced to that held by Philip Astley in London, the first performance of his circus is said to have been held on January 9, 1768. One of Astley's major contributions to the circus was bringing trick horse riding into the ring, and in doing so he set the diameter of the circus ring at 42 feet, which is the size ring needed for horses to circle comfortably at full gallop. Astley was followed by Andrew Ducrow, whose feats of horsemanship had much to do with establishing the traditions of the circus, which were perpetuated by Henglers and Sangers celebrated shows in a later generation. In England circuses were often held in purpose built buildings in large cities, such as the London Hippodrome, which was built as a combination of the circus, the menagerie and the variety theatre, where wild animals such as lions and elephants from time to time appeared in the ring, and where convulsions of nature such as floods, earthquakes and volcanic eruptions have been produced with an extraordinary wealth of realistic display. In the first two decades of the 19th century The Circus of Pepin and Breschard toured from Montreal to Havana, building circus theatres in many of the cities they visited. Later the establishments of Purdy, Welch & Co., and of van Amburgh gave a wider popularity to the circus in the United States. In 1825 Joshuah Purdy Brown was the first circus owner to use a large canvas tent for the circus performance. Circus pioneer Dan Rice was probably the most famous circus and clown pre-Civil War, popularizing such expressions as "The One-Horse Show" and "Hey, Rube!". The American circus was revolutionized by P. T. Barnum and William Cameron Coup, who launched P. T. Barnum's Museum, Menagerie & Circus, a travelling combination animal and human oddities, the exhibition of humans as a freakshow or sideshow was thus an American invention. Coup was also the first circus entrepreneur to use circus trains to transport the circus from town to town; a practice that continues today and introduced the first multiple ringed circuses. In 1840 the equestrian Thomas Cooke returned to England from the United States, bringing with him a circus tent. Three important circus innovators were Italian Giuseppe Chiarini, and Frenchmen Louis Soullier and Jacques Tourniaire, whose early travelling circuses introduced the circus to Latin America, Australia, South East Asia, China, India, South Africa and Russia. Soullier was the first circus owner to introduce Chinese acrobatics to the European circus when he returned from his travels in 1866 and Tourniaire was the first to introduce the performing art to Russia where it became extremely popular. Following Barnum's death his circus merged with that of James Anthony Bailey, and travelled to Europe as Barnum & Bailey "Greatest Show On Earth" where it toured from 1897 to 1902, impressing other circus owners with its large scale, its touring techniques including the tent and circus train and the combination of circus acts, zoological exhibition and the freak-show. This format was adopted by European circuses at the turn of the 20th century. The influence of the American circus brought about a considerable change in the character of the modern circus. In arenas too large for speech to be easily audible, the traditional comic dialog of the clown assumed a less prominent place than formerly, while the vastly increased wealth of stage properties relegated to the background the old-fashioned equestrian feats, which were replaced by more ambitious acrobatic performances, and by exhibitions of skill, strength and daring, requiring the employment of immense numbers of performers and often of complicated and expensive machinery. The influence of the American circus brought about a considerable change in the character of the modern circus. In arenas too large for speech to be easily audible, the traditional comic dialog of the clown assumed a less prominent place than formerly, while the vastly increased wealth of stage properties relegated to the background the old-fashioned equestrian feats, which were replaced by more ambitious acrobatic performances, and by exhibitions of skill, strength and daring, requiring the employment of immense numbers of performers and often of complicated and expensive machinery. The Russian circus underwent an interesting development in 1919 when Vladimir Lenin nationalised the circus and in 1927 the State University of Circus and Variety Arts, better known as the Moscow Circus School was established where performers were trained using methods developed from the Soviet gymnastics program. When the Russian companies began touring in the 1950s, their performances were impressive and had a significant impact on the way contemporary circus developed as a performing art. In the 1960s and 1970s, the circus began to lose popularity as people became more interested in animal rights and alternative forms of entertainment. Some circuses have stayed afloat by merging with other circus companies. There are numerous circuses that maintain a mix of animal and human performers, these include Ringling Brothers and Barnum and Bailey Circus, the Moscow State Circus, Circus Krone from Munich, Circus Royale from Australia and the Big Apple Circus. Circus Circus is a Las Vegas circus themed casino and the largest permanent big top in the world also presents human and animal performances. Cirque Nouveau/New Circus is a performing arts movement that developed in the 1970s, simultaneously in France, Australia the West Coast of the U.S. and the U.K . There are typically no animals used in this type of circus and influences are drawn as much from contemporary culture as from Circus History. Examples include Circus Oz forged in Australia in 1977 from SoapBox Circus and New Circus, both founded in the early 70's, The Pickle Family Circus founded in San Francisco in 1975, and more recently Circus Burlesque from the U.K in 1980 and Nofitstate circus in 1984 from wales, Cirque du Soleil founded Quebec, Canada in 1984, Archaos in 1986, Club Swing in 1994 through to more recent examples such as Quebec's Cirque Eloize, Les Sept Doigts de la Main (Seven Fingers on the Hand), and the West African Circus Baobab in the late 90's. The form includes other circus troupes such as the Cirque Invisible, and Cirque Imaginaire, directed by Victoria Chaplin, granddaughter of Charlie Chaplin the punk Tiger Lillies Circus, Circus Monoxide, acrobat, Dislocate, Rock'n'Roll Circus (now CIRCA), and Throwdown, while The Jim Rose Circus and The Happy Sideshow are both interesting takes on the sideshow. A traditional circus performance is led by a ringmaster who has a role similar to a Master of Ceremonies, the ringmaster presents performers, speaks to the audience, and generally keeps the show moving.
18 Mar 2007
29630
Share Video

2:00
Over 1600 of the nation's top culinary professionals will attend the 2007 James Beard Foundation Awards, known as the "Oscars" of the food world and hosted by Hannah Storm of CBS ' The Early Show at Lincoln Center's Avery Fisher Hall in New York City on Monday, May 7th. Confirmed attendees include: Martha Stewart, Katie Lee Joel, Stephanie March, Padma Lakshmi, Ted Allen, Wolfgang Puck, Bobby Flay, Jean-Georges Vongerichten, Tom Colicchio, Thomas Keller, Alfred Portale, Todd English, Daniel Boulud, Jacques Pepin, Eric Ripert, Danny Meyer and Terrance Brennan. The James Beard Foundation Awards are the premier honors for food and beverage professionals across North America. More than 60 national and regional awards will be presented in categories that include Best New Restaurant, Outstanding Restaurateur, Rising Star Chef, Cookbook of the Year and Outstanding Restaurant Design. For more information, and to learn the names of winners, posted during the Monday evening event, please visit: www.jamesbeard****
9 May 2007
1243
Share Video

26:08
First ideological victory of the right in France since more than 60 years. Sarkozy must act quickly and strong. To keep to its commitments to create confidence and to overcome resistances. Interview with Jacques Marseille, Professor at Paris Sorbonne University, economist, leader-writer with the Newspaper the Point
16 May 2007
207
Share Video

26:29
First ideological victory of the right in France since more than 60 years. Sarkozy must act quickly and strong. To keep to its commitments to create confidence and to overcome resistances. Interview with Jacques Marseille, Professor at Paris Sorbone University, economist, leader-writer with the Newspaper the Point
16 May 2007
173
Share Video

0:09
New method of self defence set up by his founder Captain Jacques Levinet, international expert who has nominated as Grand Master of Martial Arts 2007 at London by the World Council of Grand Masters
27 Jun 2007
241
Share Video

0:45
Dialogues of the Carmelites (in French, Dialogues des Carmélites) is an opera in three acts by Francis Poulenc. In 1953, M. Valcarenghi approached Poulenc to commission a ballet for La Scala in Milan; when Poulenc found the proposed subject uninspiring, Valcarenghi suggested instead the screenplay by Georges Bernanos, based on the novella Die Letzte am Schafott (The Last on the Scaffold), by Gertrud von le Fort. Von le Fort's story was based in turn on historical events which took place at a Carmelite convent in Compiègne during the French Revolution. Some sources credit Emmet Lavery as librettist or co-librettist, but others only say "With the permission of Emmet Lavery." According to the article by Ivry, cited below, Lavery owned the theatrical rights to the story, and following a legal judgement over the copyright, his name must be given in connection with all staged performances. The opera was first performed in an Italian version at la Scala on 26 January 1957; the original French version premiered 21 June 1957 by the Paris Théâtre National de l'Opéra (the current Opéra National de Paris). The Dialogues contributes to Poulenc's reputation as a composer especially of fine vocal music. The dialogues are largely set in recitative, with a melodic line that closely follows the text. The harmonies are lush, with the occasional wrenching twists that are characteristic of Poulenc's style. Poulenc's deep religious feelings are particularly evident in the gorgeous a cappella setting of Ave Maria in Act II, Scene II, and the Ave verum corpus in Act II, Scene IV. The libretto is unusually deep in its psychological study of the contrasting characters of Mère Marie de l'Incarnation and Blanche de la Force. The popularity of the Dialogues of the Carmelites appears to be growing. Two television productions are available on DVD. The original recording with Pierre Dervaux conducting is considered by some to be the finest audio version. The opera has recently been performed by Trinity College of Music, London, under the direction of Bill Bankes-Jones. Roles Role Vocal type Milan premiere, 26 January, 1957 Paris premiere, 21 June, 1957 - Marquis de la Force baritone Scipio Colombo Xavier Depraz - Chevalier de la Force, his son tenor Nicola Filacuridi Jean Giraudeau - Blanche de la Force, his daughter soprano Virginia Zeani Denise Duval - Thierry, a footman baritone Armando Manelli Forel - Madame de Croissy, the prioress contralto Gianna Pederzini Denise Scharley - Sister Constance of St. Denis, a young novice soprano Eugenia Ratti Liliane Berthon - Mother Marie of the Incarnation, assistant prioress mezzo-soprano Gigliola Frazzoni Rita Gorr - M. Javelinot, a doctor baritone Carlo Gasperini Max Conti - Madame Lidoine, the new prioress soprano Leyla Gencer Régine Crespin - Mother Jeanne of the Child Jesus contralto Vittoria Palombini Fourrier - Sister Mathilde mezzo-soprano Fiorenza Cossoto Desmoutiers - Father confessor of the convent tenor Alvino Manelli Forel - First commissary tenor Antonio Pirino Romagnoni - Second commissary baritone - Officer baritone - Geolier baritone - Carmelites, Officers, Prisoners, Townspeople chorus Plot synopsis The action takes place during the French Revolution and subsequent Terror. Act I. The pathologically timid Blanche de la Force decides to retreat from the world and enter a Carmelite convent. The Mother Superior informs her that the Carmelite order is not a refuge: it is the duty of the nuns to guard the Order, not the other way around. In the convent, the jolly Sister Constance tells Blanche (to her consternation) that she has had a dream that the two of them will die young together. The Mother Superior, who is dying, commits Blanche to the care of Mother Marie. The Mother Superior passes away in great agony, shouting in her delirium that despite her long years of service to God, He has abandoned her. Blanche and Mother Marie, who witness her death, are shaken. Act II. Sister Constance remarks to Blanche that the Mother Superior's death seemed unworthy of her, and speculates that she had been given the wrong death, as one might be given the wrong coat in a cloakroom. Perhaps someone else will find death surprisingly easy. Perhaps we die not for ourselves alone, but for each other. Blanche's brother, the Chevalier de la Force, arrives to announce that their father thinks Blanche should withdraw from the convent, since she is not safe there (being a member of both the nobility and the clergy). Blanche refuses, saying that she has found happiness in the Carmelite order, but later admits to Mother Marie that it is fear (or the fear of fear itself, as the Chevalier expresses it) that keeps her from leaving. The chaplain announces that he has been forbidden to preach (presumably for being a non-juror under the Civil Constitution of the Clergy). The nuns remark on how fear now governs the country, and no one has the courage to stand up for the priests. Sister Constance asks, "Are there no men left to come to the aid of the country?" "When priests are lacking, martyrs are superabundant," replies the new Mother Superior. Mother Marie says that the Carmelites can save France by giving their lives, but the Mother Superior corrects her: it is not permitted to become a martyr voluntarily; martyrdom is a gift from God. A police officer announces that the Legislative Assembly has nationalized the convent and its property, and the nuns must give up their habits. When Mother Marie acquiesces, the officer taunts her for being eager to dress like everyone else. She replies that the nuns will continue to serve, no matter how they are dressed. "The people has no need of servants," proclaims the officer haughtily. "No, but it has a great need for martyrs," responds Mother Marie. "In times like these, death is nothing," he says. "Life is nothing," she answers, "when it is so debased." Act III. In the absence of the new Mother Superior, Mother Marie proposes that the nuns take a vow of martyrdom. However, all must agree, or Mother Marie will not insist. A secret vote is held; there is one dissenting voice. Sister Constance declares that she was the dissenter, and that she has changed her mind, so the vow can proceed. Blanche runs away from the convent, and Mother Marie finds her in her father's library. Her father has been guillotined, and Blanche has been forced to serve her former servants. The nuns are all arrested and condemned to death, but Mother Marie is away (with Blanche, presumably) at the time. The chaplain tells Mother Marie that since God has chosen to spare her, she cannot now voluntarily become a martyr by joining the others in prison. The nuns march to the scaffold, singing Salve Regina. At the last minute, Blanche appears, to Constance's joy; but as she mounts the scaffold, Blanche changes the hymn to Deo patri sit gloria (All praise be thine, O risen Lord). References and external links Carmel's Heights - This CD album is an attempt to share with all some of Carmel's Saints - real persons of flesh and blood - who share with us in song their own spiritual experiences. Cries from the Scaffold, Benjamin Ivry, Commonweal, 6 April 2001. Dialogues des Carmélites, Henri Hell, liner notes to the recording EMI compact disc no. 7493312. Les Dialogues des Carmélites est un opéra en trois actes composé par Francis Poulenc (1899-1963), sur un livret d'Emmet Lavery, basé sur la pièce de Georges Bernanos (1888-1948). Cet opéra fut créé le 26 janvier 1957, à la Scala de Milan. Personnages Le marquis de La Force (Baryton) Le chevalier de La Force, son fils (Ténor) Blanche de La Force (Soeur Blanche de l'Agonie du Christ), sa fille (Soprano) Thierry, un laquais (Baryton) Mme de Croissy (Mère Henriette de Jésus), la prieure (Contralto) Soeur Constance de Saint Denis, jeune novice (Soprano) Mère Marie de l'Incarnation, sous-prieure (Mezzo-soprano) M. Javelinot, médecin (Baryton) Mme Lidoine (Mère Marie de Saint Augustin), la nouvelle prieure (Soprano) Mère Jeanne de l'Enfant Jésus (Contralto) Soeur Mathilde (Mezzo-soprano) Le père confesseur du couvent (Ténor) Le premier commissaire (Ténor) Le second commissaire (Baryton) Officier, geôlier, Carmélites Francis Poulenc, né le 7 janvier 1899 à Paris, mort le 30 janvier 1963 à Paris, est un compositeur français, membre du groupe des Six. Biographie Son père est un des fondateurs des établissements Poulenc Frères, qui devinrent Rhône-Poulenc. Bien qu'il ait suivi quelques cours de composition avec Charles Koechlin, Poulenc est considéré comme un compositeur autodidacte. Après une scolarité au lycée Condorcet, il connaît à dix-huit ans une première réussite avec une Rapsodie nègre. Avec la Première Guerre mondiale, sa production n'est guère importante. Il compose cependant Le Bestiaire, un cycle de mélodies. Ricardo Vinès lui fait rencontrer notamment Isaac Albéniz, Claude Debussy et Maurice Ravel. Poulenc fait partie, avec Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud et Germaine Tailleferre du groupe informel de musiciens que le critique Henri Collet surnommera en 1920 le Groupe des Six, en référence au Groupe des Cinq russe (Moussorgski, Cui, Balakirev, Borodine, Rimski-Korsakov). Leur esthétique commune, influencée par Satie et Cocteau, est une réaction contre le romantisme et le wagnérisme, et aussi, dans une certaine mesure, contre le courant impressionniste. En 1926, il rencontre le baryton Pierre Bernac pour lequel il compose un grand nombre de mélodies. Il l'accompagne, à partir de 1935 (et jusqu'à sa mort en 1963), dans des récitals de musique française donnés autour du monde. En 1928, le compositeur écrit Le Concert champêtre, oeuvre pour clavecin et orchestre destinée à la grande claveciniste Wanda Landowska et dédié à son compagnon, le peintre Richard Chanelaire. En 1935, de passage à Rocamadour et consécutivement à la mort accidentelle de son ami, le compositeur et critique Pierre-Octave Ferroud, il vit un profond retour à la foi catholique de son enfance. Le critique Claude Rostand, pour souligner la coexistence ou l'alternance chez Poulenc d'une grande gravité et de la foi catholique avec l'insouciance et la fantaisie, a forgé la formule célèbre "moine ou voyou". Ainsi, à propos de son Gloria, qui provoqua quelques remous, le compositeur lui-même déclara : « J’ai pensé, simplement, en l’écrivant à ces fresques de Gozzoli (Benozzo Gozzoli) où les anges tirent la langue, et aussi à ces graves bénédictins que j’ai vus un jour jouer au football ». Il compose ses Litanies à la Vierge noire de Rocamadour, pour choeur de femmes et orgue (qu'il orchestrera ultérieurement), en 1936. Ses oeuvres religieuses par la suite furent notamment une messe (1937), un Stabat Mater (1950) et un Gloria (1959). Le compositeur écrira aussi son fameux Les Dialogues des Carmélites en 1957. Il a laissé plusieurs enregistrements comme pianiste soliste ou accompagnateur. On dispose aussi d'enregistrements parfois supervisés par lui et interprétés par des artistes qu'il privilégiait de son vivant, comme le baryton Pierre Bernac, la soprano Denise Duval ou le chef d'orchestre Georges Prêtre. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris. Georges Bernanos Georges Bernanos est un écrivain français né le 20 février 1888 à Paris, décédé le 5 juillet 1948 à Neuilly-sur-Seine et est enterré dans le cimetière de Pellevoisin. Il passe sa jeunesse à Fressin en Artois où il compose jusqu'en 1924 ses romans. Choqué par les reculades du Royaume-Uni et de la France culminant au moment des accords de Munich, il s'exile au Brésil. Il meurt en laissant le manuscrit d'un dernier livre, posthume : La France contre les robots. Parcours Son père est un artisan et sa mère, pieuse, femme de chambre chez le châtelain. Il garde de son éducation une foi catholique et des convictions monarchistes, et concevra toute sa vie une admiration sans faille pour le fondateur du journal La Libre parole, Edouard Drumont. Premiers engagements Catholique fervent, nationaliste passionné, il milite très jeune dans les rangs de l'Action française en participant aux activités des Camelots du roi pendant ses études de lettres, puis à la tête du journal, L'Avant-Garde de Normandie jusqu'à la Grande guerre. Réformé, il décide tout même de participer à la guerre en se portant volontaire dans le 6e regiment de dragons (cavalerie) ; il aura de nombreuses blessures au champ d'honneur. Après la guerre, il s'éloigne d'une activité militante, mais se rapproche de nouveau de l'Action Française lors de la condamnation romaine de 1926 et participe à certaines de ses activités culturelles. En 1932, sa collaboration au Figaro du parfumeur François Coty entraîne une violente polémique avec l'AF et sa rupture avec Charles Maurras. Premières oeuvres Dans les années 1920, il travaille dans une compagnie d'assurances, mais le succès de son premier roman, Sous le soleil de Satan (1926), l'incite à entrer dans la carrière littéraire. Ayant épousé en 1917 Jeanne Talbert d'Arc, lointaine descendante d'un frère de Jeanne d'Arc, il mène alors une vie matérielle difficile et instable dans laquelle il entraîne sa famille de six enfants et son épouse à la santé fragile. Il écrit en dix ans l'essentiel de son oeuvre romanesque où s'expriment ses hantises : les péchés de l'humanité, la puissance du malin et le secours de la grâce. Le Journal d'un curé de campagne En 1936, paraît Le Journal d'un curé de campagne, qui sera couronné par le Grand prix du roman de l'Académie française, puis adapté au cinéma sous le même titre par Robert Bresson (1950). Ce livre est sans aucun doute porteur d'une double spiritualité : celle du Curé d'Ars et celle de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, tous deux portés sur les autels par Pie XI en 1925. Comme Jean-Marie Vianney, notre jeune prêtre est ici dévoré par son zèle apostolique, consacré qu'il est à la sanctification du troupeau qui lui a été confié. De Thérèse, il suit la petite voie de l'enfance spirituelle. Le "Tout est grâce" final du roman n'est d'ailleurs pas de Bernanos lui-même, mais de sa prestigieuse aînée. L'exil aux Baléares, puis au Brésil Installé aux Baléares, il assiste au début de la guerre d'Espagne et prend parti pour, puis contre les franquistes dans Les Grands Cimetières sous la Lune, un pamphlet qui consacre sa rupture publique avec ses anciens amis de l'Action française, sa rupture avec Maurras -datant de 1927- étant restée secrète jusque-là. Il y condamne les exactions et les massacres perpétrés par les phalangistes au nom du Christ, mais aussi le soutien apporté aux nationalistes espagnols par Maurras et l'Action française. Il quitte l'Espagne en mars 1937 et retourne en France. Le 20 juillet 1938 il choisit de s'exiler en Amérique du sud. Il prévoit initialement de se rendre au Paraguay. Il fait escale à Rio de Janeiro au Brésil ( [1] ) en Août 1938. Il décide d'y rester et y demeurera de 1938 à 1945. En Août 1940 il s'installera à Barbacena, dans une petite maison au flanc d'une colline dénommée Cruz das almas, la Croix-des-âmes. Il s'éloigne alors du roman et publie de nombreux essais et "écrits de combat" dans lesquels l'influence de Péguy se fait sentir. En 1939 ses trois fils reviennent du Brésil pour être incorporés dans l'armée française. Pendant la Seconde Guerre mondiale il soutient la Résistance et l'action de la France libre dans de nombreux articles de presse où éclate son talent de polémiste et de pamphlétaire. La Libération Il poursuit une vie errante après la Libération. Le général de Gaulle l'invite à revenir en France, où il veut le placer y compris au gouvernement ou à l'Académie. Bernanos revient, mais malade et n'ayant pas l'échine souple, reste en marge avant de se fixer en Tunisie. Bernanos rédige quelque temps avant sa mort un scénario cinématographique adapté du récit La dernière à l'échafaud de Gertrud von Le Fort, lui-même inspiré de l'histoire véridique de carmélites guillotinées sur la place du Trône, appelées les Carmélites de Compiègne, en y ajoutant le personnage fictif de Blanche de La Force (translittération de G. von Le Fort). Ce scénario, intitulé Les Dialogues des Carmélites est devenu le livret de l'opéra du même nom du compositeur Francis Poulenc, créé en 1957, puis a servi de base au film du Père Bruckberger, en 1960. Il a aussi été adapté au théâtre. Bernanos y traite de la question de la Grâce, de la peur, du martyre. L'oeuvre Le monde romanesque Bernanos situe souvent l'action de ses romans dans les villages de son Artois natal, en en faisant ressortir les traits sombres. La figure du prêtre catholique est très présente dans son oeuvre, et est parfois le personnage central, comme dans Le Journal d'un curé de campagne. Autour de lui gravitent les notables locaux (châtelains nobles ou bourgeois), les petits commerçants, et les paysans. Bernanos fouille la psychologie de ses personnages et fait ressortir leur âme en tant que siège du combat entre le Bien et le Mal. Il n'hésite pas à faire parfois appel au divin et au surnaturel. Jamais de réelle diabolisation chez lui, mais au contraire, comme chez Mauriac, un souci de comprendre ce qui se passe dans l'âme humaine derrière les apparences. Le style pamphlétaire Aussi isolé - en tout cas en France - qu'un Don Quichotte, il avait dénoncé les trahisons aussi bien dans le sens autoritaire et agricole de l'État français que la technique dans ce qu'elle avait de liberticide. Ses essais traduisent par ailleurs un goût de l'amour physique et conjugal qu'on ne reverra ensuite que chez Jacques de Bourbon Busset. Le mot Imbéciles (au pluriel) revient souvent sous la plume de Bernanos dans ses essais. Par cette injure fraternelle, il manifestait sa « pitié » pour « les petits cancres de la nouvelle génération réaliste » (les néo-maurrassiens des années 1930), et, plus tard, pour « les affreux cuistres bourgeois de gauche » (les communistes et les démocrates-chrétiens), mais aussi pour tous ceux chez qui la propagande des médias, le manque de courage personnel et la manipulation par des abstractions excessives avaient fini par remplacer l'expérience humaine réelle et concrète. Son style ne peut être qualifié de « parlé », bien qu'il s'adresse souvent à un lecteur imaginaire. Ample et passionné (ses pages sur le Brésil ou sur Hitler ne peuvent laisser indifférent), sa lecture nécessite toutefois une profonde connaissance de l'histoire de France. Sur la question de l'antisémitisme, il est essentiel de ne pas se contenter de lire les textes de combat publiés essentiellement dans les années 1930 qui peuvent choquer, mais de lire l'étonnante lettre qu'il écrit en 1945 à ce sujet, dans laquelle on trouve la fameuse phrase : "Hitler a déshonoré l'antisémitisme". Bernanos reste attaché à un style antisémite qui lui vient des années de l'affaire Dreyfus et, en particulier, d'Édouard Drumont dont il retrace la vie dans La Grande peur des bien-pensants. Citations "L'optimisme est une fausse espérance à l'usage des lâches et des imbéciles. L'espérance, est une vertu, virtus, une détermination héroïque de l'âme. La plus haute forme de l'espérance, c'est le désespoir surmonté". "Être d'avant garde c'est savoir ce qui est mort; etre d'arrière garde c'est l'aimer encore". "On n'attend pas l'avenir comme on attend un train: on le fait". "Qu'un niais s'étonne du brusque essor d'une volonté longtemps contenue, qu'une dissimulation nécessaire, à peine consciente, à déjà marqué de cruauté, revanche ineffable du faible, éternelle surprise du fort, et piège toujours tendu!" (Histoire de Mouchette) "Les sentiments les plus simples naissent et croissent dans une nuit jamais pénetrée, s'y confondent ou s'y repoussent selon de secrètes affinités, pareils à des nuages électriques, et nous ne saisissons à la surface des ténèbres que les brèves lueurs de l'orage inaccessible." (Histoire de Mouchette) "Il n'y a de vraiment précieux dans la vie que le rare et le singulier, la minute d'attente et le pressentiment." (Sous le soleil de Satan) "Quand un homme -ou un peuple- a engagé sa parole, il doit la tenir, quel que soit celui auquel il l'a engagée." (Préface "'Journal d'un curé de campagne'") "C'est que notre joie intérieure ne nous appartient pas plus que l'oeuvre qu'elle anime, il faut que nous la donnions à mesure, que nous mourions vides, que nous mourions comme des nouveau-nés (...) avant de se réveiller, le seuil franchi, dans la douce pitié de Dieu, comme dans une aube fraîche et profonde." (Ibid) "Pour moi, le passé ne compte pas. Le présent non plus d'ailleurs, ou comme une petite frange d'ombre, à la lisière de l'avenir." ( "Monsieur Ouine") "Ah! c'était bien là l'image que j'ai caressé tant d'années, une vie, une jeune vie humaine, tout ignorance et tout audace, la part réelement périssable de l'univers, seule promesse qui ne sera jamais tenue, merveille unique! (...) Une vraie jeunesse est aussi rare que le génie, ou peut-être ce génie même un défi à l'oredre du monde, à ses lois, un blasphème!" ("Monsieur Ouine") "Il n'y a pas de pente dans la vie d'un gosse" ("Monsieur Ouine") "-Moi, je me méfie. D'une manière ou d'une autre, monsieur Ouine, je me méfie de Dieu -telle est ma façon de l'honorer." ("Monsieur Ouine") "Souffrir, croyez-moi, cela s'apprend." ("Monsieur Ouine") "Quand je mesure le temps que nous avons perdu à chercher des héros dans nos livres, j'ai envie de nous battre, Guillaume. Chaque génération devrait avoir ses héros bien à elle, des héros bien à elle, des héros selon son coeur. On ne nous a peut-être pas jugés dignes d'en avoir des neufs, on nous repasse ceux qui ont déjà servi." ("Monsieur Ouine") Oeuvres Romans Sous le soleil de Satan, Paris, Plon, 1926. L'imposture, Paris, Plon, 1927. La joie, la Revue universelle, 1928, puis, Paris Plon, 1929. Un crime, Paris, Plon, 1935. Journal d'un curé de campagne, la Revue hebdomadaire, 1935-1936, puis, Paris, Plon, 1936. Nouvelle Histoire de Mouchette, Paris, Plon, 1937. Monsieur Ouine, Rio de Janeiro, 1943, puis Paris, Plon, 1946. Les Dialogues des Carmélites, Paris, Seuil, 1949. Un mauvais rêve, Paris, Plon, 1950. Essais La Grande peur des bien-pensants, Paris, Grasset, 1931. Les Grands Cimetières sous la Lune, Paris, Plon, 1938. Scandale de la vérité, Gallimard, Paris, 1939. La France contre les robots, Rio de Janeiro, 1944, puis Robert Laffont, 1947. Le Chemin de la Croix-des-Âmes, Rio de Janeiro de 1943 à 1945, 4 volumes, puis Gallimard, 1948. Les Enfants humiliés, Gallimard, 1949. Recueils d'articles Français, si vous saviez... (Recueil d'articles écrits entre 1945 et 1948), Paris, Gallimard, 1961. Etudes sur Bernanos Biographie Jean Bothorel, Bernanos, le Mal pensant, Paris, Grasset, 1998. Joseph Jurt, « [Georges Bernanos] Une parole prophétique dans le champ littéraire », dans Europe, n°789-790, janvier – février 1995, p. 75-88. Joseph Jurt, Les attitudes politiques de Georges Bernanos jusqu'en 1931, Fribourg, Éditions Universitaires, 1968, 359 p. Bibliographie Hans Urs von Balthasar. Le chrétien Bernanos. Traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac. Paris, Seuil, 1956. Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu'il était, Paris, Mame, 1962 Jean-Louis Loubet del Bayle, L'illusion politique au XXe siècle. Des écrivains témoins au XXe siècle, Paris, Economica, 1999. Cahiers de l'Herne. Bernanos. Paris, Pierre Belfond, 1967. Cahier dirigé par Dominique de Roux, avec des textes de Thomas Molnar, Michel Estève (et al). Georges Bernanos au Brésil: 1938-1945 “ Le plus grand, le plus profond, le plus douloureux désir de mon coeur en ce qui me regarde c’est de vous revoir tous, de revoir votre pays, de reposer dans cette terre où j’ai tant souffert et tant espéré pour la France, d’y attendre la résurrection, comme j’y ai attendu la victoire. ” Musée Georges Bernanos à Barbacena, État de Minas Gerais, Brésil *******www.diplomatie.gouv.fr/label_france/FRANCE/LETTRES/bernanos/bernanos.html *******agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Georges_Bernanos
28 Jun 2007
4333
Share Video

1:25
This is an old video archive of a live operatic performance, which occurred in Brou (France) on July, 1989 (hence poor image & sound quality). Dialogues of the Carmelites (in French, Dialogues des Carmélites) is an opera in three acts by Francis Poulenc. In 1953, M. Valcarenghi approached Poulenc to commission a ballet for La Scala in Milan; when Poulenc found the proposed subject uninspiring, Valcarenghi suggested instead the screenplay by Georges Bernanos, based on the novella Die Letzte am Schafott (The Last on the Scaffold), by Gertrud von le Fort. Von le Fort's story was based in turn on historical events which took place at a Carmelite convent in Compiègne during the French Revolution. Some sources credit Emmet Lavery as librettist or co-librettist, but others only say "With the permission of Emmet Lavery." According to the article by Ivry, cited below, Lavery owned the theatrical rights to the story, and following a legal judgement over the copyright, his name must be given in connection with all staged performances. The opera was first performed in an Italian version at la Scala on 26 January 1957; the original French version premiered 21 June 1957 by the Paris Théâtre National de l'Opéra (the current Opéra National de Paris). The Dialogues contributes to Poulenc's reputation as a composer especially of fine vocal music. The dialogues are largely set in recitative, with a melodic line that closely follows the text. The harmonies are lush, with the occasional wrenching twists that are characteristic of Poulenc's style. Poulenc's deep religious feelings are particularly evident in the gorgeous a cappella setting of Ave Maria in Act II, Scene II, and the Ave verum corpus in Act II, Scene IV. The libretto is unusually deep in its psychological study of the contrasting characters of Mère Marie de l'Incarnation and Blanche de la Force. The popularity of the Dialogues of the Carmelites appears to be growing. Two television productions are available on DVD. The original recording with Pierre Dervaux conducting is considered by some to be the finest audio version. The opera has recently been performed by Trinity College of Music, London, under the direction of Bill Bankes-Jones. Roles Role Vocal type Milan premiere, 26 January, 1957 Paris premiere, 21 June, 1957 - Marquis de la Force baritone Scipio Colombo Xavier Depraz - Chevalier de la Force, his son tenor Nicola Filacuridi Jean Giraudeau - Blanche de la Force, his daughter soprano Virginia Zeani Denise Duval - Thierry, a footman baritone Armando Manelli Forel - Madame de Croissy, the prioress contralto Gianna Pederzini Denise Scharley - Sister Constance of St. Denis, a young novice soprano Eugenia Ratti Liliane Berthon - Mother Marie of the Incarnation, assistant prioress mezzo-soprano Gigliola Frazzoni Rita Gorr - M. Javelinot, a doctor baritone Carlo Gasperini Max Conti - Madame Lidoine, the new prioress soprano Leyla Gencer Régine Crespin - Mother Jeanne of the Child Jesus contralto Vittoria Palombini Fourrier - Sister Mathilde mezzo-soprano Fiorenza Cossoto Desmoutiers - Father confessor of the convent tenor Alvino Manelli Forel - First commissary tenor Antonio Pirino Romagnoni - Second commissary baritone - Officer baritone - Geolier baritone - Carmelites, Officers, Prisoners, Townspeople chorus Plot synopsis The action takes place during the French Revolution and subsequent Terror. Act I. The pathologically timid Blanche de la Force decides to retreat from the world and enter a Carmelite convent. The Mother Superior informs her that the Carmelite order is not a refuge: it is the duty of the nuns to guard the Order, not the other way around. In the convent, the jolly Sister Constance tells Blanche (to her consternation) that she has had a dream that the two of them will die young together. The Mother Superior, who is dying, commits Blanche to the care of Mother Marie. The Mother Superior passes away in great agony, shouting in her delirium that despite her long years of service to God, He has abandoned her. Blanche and Mother Marie, who witness her death, are shaken. Act II. Sister Constance remarks to Blanche that the Mother Superior's death seemed unworthy of her, and speculates that she had been given the wrong death, as one might be given the wrong coat in a cloakroom. Perhaps someone else will find death surprisingly easy. Perhaps we die not for ourselves alone, but for each other. Blanche's brother, the Chevalier de la Force, arrives to announce that their father thinks Blanche should withdraw from the convent, since she is not safe there (being a member of both the nobility and the clergy). Blanche refuses, saying that she has found happiness in the Carmelite order, but later admits to Mother Marie that it is fear (or the fear of fear itself, as the Chevalier expresses it) that keeps her from leaving. The chaplain announces that he has been forbidden to preach (presumably for being a non-juror under the Civil Constitution of the Clergy). The nuns remark on how fear now governs the country, and no one has the courage to stand up for the priests. Sister Constance asks, "Are there no men left to come to the aid of the country?" "When priests are lacking, martyrs are superabundant," replies the new Mother Superior. Mother Marie says that the Carmelites can save France by giving their lives, but the Mother Superior corrects her: it is not permitted to become a martyr voluntarily; martyrdom is a gift from God. A police officer announces that the Legislative Assembly has nationalized the convent and its property, and the nuns must give up their habits. When Mother Marie acquiesces, the officer taunts her for being eager to dress like everyone else. She replies that the nuns will continue to serve, no matter how they are dressed. "The people has no need of servants," proclaims the officer haughtily. "No, but it has a great need for martyrs," responds Mother Marie. "In times like these, death is nothing," he says. "Life is nothing," she answers, "when it is so debased." Act III. In the absence of the new Mother Superior, Mother Marie proposes that the nuns take a vow of martyrdom. However, all must agree, or Mother Marie will not insist. A secret vote is held; there is one dissenting voice. Sister Constance declares that she was the dissenter, and that she has changed her mind, so the vow can proceed. Blanche runs away from the convent, and Mother Marie finds her in her father's library. Her father has been guillotined, and Blanche has been forced to serve her former servants. The nuns are all arrested and condemned to death, but Mother Marie is away (with Blanche, presumably) at the time. The chaplain tells Mother Marie that since God has chosen to spare her, she cannot now voluntarily become a martyr by joining the others in prison. The nuns march to the scaffold, singing Salve Regina. At the last minute, Blanche appears, to Constance's joy; but as she mounts the scaffold, Blanche changes the hymn to Deo patri sit gloria (All praise be thine, O risen Lord). References and external links Carmel's Heights - This CD album is an attempt to share with all some of Carmel's Saints - real persons of flesh and blood - who share with us in song their own spiritual experiences. Cries from the Scaffold, Benjamin Ivry, Commonweal, 6 April 2001. Dialogues des Carmélites, Henri Hell, liner notes to the recording EMI compact disc no. 7493312. Les Dialogues des Carmélites est un opéra en trois actes composé par Francis Poulenc (1899-1963), sur un livret d'Emmet Lavery, basé sur la pièce de Georges Bernanos (1888-1948). Cet opéra fut créé le 26 janvier 1957, à la Scala de Milan. Personnages - Le marquis de La Force (Baryton) - Le chevalier de La Force, son fils (Ténor) - Blanche de La Force (Soeur Blanche de l'Agonie du Christ), sa fille (Soprano) - Thierry, un laquais (Baryton) - Mme de Croissy (Mère Henriette de Jésus), la prieure (Contralto) - Soeur Constance de Saint Denis, jeune novice (Soprano) - Mère Marie de l'Incarnation, sous-prieure (Mezzo-soprano) - M. Javelinot, médecin (Baryton) - Mme Lidoine (Mère Marie de Saint Augustin), la nouvelle prieure (Soprano) - Mère Jeanne de l'Enfant Jésus (Contralto) - Soeur Mathilde (Mezzo-soprano) - Le père confesseur du couvent (Ténor) - Le premier commissaire (Ténor) - Le second commissaire (Baryton) - Officier, geôlier, Carmélites Francis Poulenc, né le 7 janvier 1899 à Paris, mort le 30 janvier 1963 à Paris, est un compositeur français, membre du groupe des Six. Biographie Son père est un des fondateurs des établissements Poulenc Frères, qui devinrent Rhône-Poulenc. Bien qu'il ait suivi quelques cours de composition avec Charles Koechlin, Poulenc est considéré comme un compositeur autodidacte. Après une scolarité au lycée Condorcet, il connaît à dix-huit ans une première réussite avec une Rapsodie nègre. Avec la Première Guerre mondiale, sa production n'est guère importante. Il compose cependant Le Bestiaire, un cycle de mélodies. Ricardo Vinès lui fait rencontrer notamment Isaac Albéniz, Claude Debussy et Maurice Ravel. Poulenc fait partie, avec Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud et Germaine Tailleferre du groupe informel de musiciens que le critique Henri Collet surnommera en 1920 le Groupe des Six, en référence au Groupe des Cinq russe (Moussorgski, Cui, Balakirev, Borodine, Rimski-Korsakov). Leur esthétique commune, influencée par Satie et Cocteau, est une réaction contre le romantisme et le wagnérisme, et aussi, dans une certaine mesure, contre le courant impressionniste. En 1926, il rencontre le baryton Pierre Bernac pour lequel il compose un grand nombre de mélodies. Il l'accompagne, à partir de 1935 (et jusqu'à sa mort en 1963), dans des récitals de musique française donnés autour du monde. En 1928, le compositeur écrit Le Concert champêtre, oeuvre pour clavecin et orchestre destinée à la grande claveciniste Wanda Landowska et dédié à son compagnon, le peintre Richard Chanelaire. En 1935, de passage à Rocamadour et consécutivement à la mort accidentelle de son ami, le compositeur et critique Pierre-Octave Ferroud, il vit un profond retour à la foi catholique de son enfance. Le critique Claude Rostand, pour souligner la coexistence ou l'alternance chez Poulenc d'une grande gravité et de la foi catholique avec l'insouciance et la fantaisie, a forgé la formule célèbre "moine ou voyou". Ainsi, à propos de son Gloria, qui provoqua quelques remous, le compositeur lui-même déclara : « J’ai pensé, simplement, en l’écrivant à ces fresques de Gozzoli (Benozzo Gozzoli) où les anges tirent la langue, et aussi à ces graves bénédictins que j’ai vus un jour jouer au football ». Il compose ses Litanies à la Vierge noire de Rocamadour, pour choeur de femmes et orgue (qu'il orchestrera ultérieurement), en 1936. Ses oeuvres religieuses par la suite furent notamment une messe (1937), un Stabat Mater (1950) et un Gloria (1959). Le compositeur écrira aussi son fameux Les Dialogues des Carmélites en 1957. Il a laissé plusieurs enregistrements comme pianiste soliste ou accompagnateur. On dispose aussi d'enregistrements parfois supervisés par lui et interprétés par des artistes qu'il privilégiait de son vivant, comme le baryton Pierre Bernac, la soprano Denise Duval ou le chef d'orchestre Georges Prêtre. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris. Georges Bernanos Georges Bernanos est un écrivain français né le 20 février 1888 à Paris, décédé le 5 juillet 1948 à Neuilly-sur-Seine et est enterré dans le cimetière de Pellevoisin. Il passe sa jeunesse à Fressin en Artois où il compose jusqu'en 1924 ses romans. Choqué par les reculades du Royaume-Uni et de la France culminant au moment des accords de Munich, il s'exile au Brésil. Il meurt en laissant le manuscrit d'un dernier livre, posthume : La France contre les robots. Parcours Son père est un artisan et sa mère, pieuse, femme de chambre chez le châtelain. Il garde de son éducation une foi catholique et des convictions monarchistes, et concevra toute sa vie une admiration sans faille pour le fondateur du journal La Libre parole, Edouard Drumont. Premiers engagements Catholique fervent, nationaliste passionné, il milite très jeune dans les rangs de l'Action française en participant aux activités des Camelots du roi pendant ses études de lettres, puis à la tête du journal, L'Avant-Garde de Normandie jusqu'à la Grande guerre. Réformé, il décide tout même de participer à la guerre en se portant volontaire dans le 6e regiment de dragons (cavalerie) ; il aura de nombreuses blessures au champ d'honneur. Après la guerre, il s'éloigne d'une activité militante, mais se rapproche de nouveau de l'Action Française lors de la condamnation romaine de 1926 et participe à certaines de ses activités culturelles. En 1932, sa collaboration au Figaro du parfumeur François Coty entraîne une violente polémique avec l'AF et sa rupture avec Charles Maurras. Premières oeuvres Dans les années 1920, il travaille dans une compagnie d'assurances, mais le succès de son premier roman, Sous le soleil de Satan (1926), l'incite à entrer dans la carrière littéraire. Ayant épousé en 1917 Jeanne Talbert d'Arc, lointaine descendante d'un frère de Jeanne d'Arc, il mène alors une vie matérielle difficile et instable dans laquelle il entraîne sa famille de six enfants et son épouse à la santé fragile. Il écrit en dix ans l'essentiel de son oeuvre romanesque où s'expriment ses hantises : les péchés de l'humanité, la puissance du malin et le secours de la grâce. Le Journal d'un curé de campagne En 1936, paraît Le Journal d'un curé de campagne, qui sera couronné par le Grand prix du roman de l'Académie française, puis adapté au cinéma sous le même titre par Robert Bresson (1950). Ce livre est sans aucun doute porteur d'une double spiritualité : celle du Curé d'Ars et celle de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, tous deux portés sur les autels par Pie XI en 1925. Comme Jean-Marie Vianney, notre jeune prêtre est ici dévoré par son zèle apostolique, consacré qu'il est à la sanctification du troupeau qui lui a été confié. De Thérèse, il suit la petite voie de l'enfance spirituelle. Le "Tout est grâce" final du roman n'est d'ailleurs pas de Bernanos lui-même, mais de sa prestigieuse aînée. L'exil aux Baléares, puis au Brésil Installé aux Baléares, il assiste au début de la guerre d'Espagne et prend parti pour, puis contre les franquistes dans Les Grands Cimetières sous la Lune, un pamphlet qui consacre sa rupture publique avec ses anciens amis de l'Action française, sa rupture avec Maurras -datant de 1927- étant restée secrète jusque-là. Il y condamne les exactions et les massacres perpétrés par les phalangistes au nom du Christ, mais aussi le soutien apporté aux nationalistes espagnols par Maurras et l'Action française. Il quitte l'Espagne en mars 1937 et retourne en France. Le 20 juillet 1938 il choisit de s'exiler en Amérique du sud. Il prévoit initialement de se rendre au Paraguay. Il fait escale à Rio de Janeiro au Brésil ( [1] ) en Août 1938. Il décide d'y rester et y demeurera de 1938 à 1945. En Août 1940 il s'installera à Barbacena, dans une petite maison au flanc d'une colline dénommée Cruz das almas, la Croix-des-âmes. Il s'éloigne alors du roman et publie de nombreux essais et "écrits de combat" dans lesquels l'influence de Péguy se fait sentir. En 1939 ses trois fils reviennent du Brésil pour être incorporés dans l'armée française. Pendant la Seconde Guerre mondiale il soutient la Résistance et l'action de la France libre dans de nombreux articles de presse où éclate son talent de polémiste et de pamphlétaire. La Libération Il poursuit une vie errante après la Libération. Le général de Gaulle l'invite à revenir en France, où il veut le placer y compris au gouvernement ou à l'Académie. Bernanos revient, mais malade et n'ayant pas l'échine souple, reste en marge avant de se fixer en Tunisie. Bernanos rédige quelque temps avant sa mort un scénario cinématographique adapté du récit La dernière à l'échafaud de Gertrud von Le Fort, lui-même inspiré de l'histoire véridique de carmélites guillotinées sur la place du Trône, appelées les Carmélites de Compiègne, en y ajoutant le personnage fictif de Blanche de La Force (translittération de G. von Le Fort). Ce scénario, intitulé Les Dialogues des Carmélites est devenu le livret de l'opéra du même nom du compositeur Francis Poulenc, créé en 1957, puis a servi de base au film du Père Bruckberger, en 1960. Il a aussi été adapté au théâtre. Bernanos y traite de la question de la Grâce, de la peur, du martyre. L'oeuvre Le monde romanesque Bernanos situe souvent l'action de ses romans dans les villages de son Artois natal, en en faisant ressortir les traits sombres. La figure du prêtre catholique est très présente dans son oeuvre, et est parfois le personnage central, comme dans Le Journal d'un curé de campagne. Autour de lui gravitent les notables locaux (châtelains nobles ou bourgeois), les petits commerçants, et les paysans. Bernanos fouille la psychologie de ses personnages et fait ressortir leur âme en tant que siège du combat entre le Bien et le Mal. Il n'hésite pas à faire parfois appel au divin et au surnaturel. Jamais de réelle diabolisation chez lui, mais au contraire, comme chez Mauriac, un souci de comprendre ce qui se passe dans l'âme humaine derrière les apparences. Le style pamphlétaire Aussi isolé - en tout cas en France - qu'un Don Quichotte, il avait dénoncé les trahisons aussi bien dans le sens autoritaire et agricole de l'État français que la technique dans ce qu'elle avait de liberticide. Ses essais traduisent par ailleurs un goût de l'amour physique et conjugal qu'on ne reverra ensuite que chez Jacques de Bourbon Busset. Le mot Imbéciles (au pluriel) revient souvent sous la plume de Bernanos dans ses essais. Par cette injure fraternelle, il manifestait sa « pitié » pour « les petits cancres de la nouvelle génération réaliste » (les néo-maurrassiens des années 1930), et, plus tard, pour « les affreux cuistres bourgeois de gauche » (les communistes et les démocrates-chrétiens), mais aussi pour tous ceux chez qui la propagande des médias, le manque de courage personnel et la manipulation par des abstractions excessives avaient fini par remplacer l'expérience humaine réelle et concrète. Son style ne peut être qualifié de « parlé », bien qu'il s'adresse souvent à un lecteur imaginaire. Ample et passionné (ses pages sur le Brésil ou sur Hitler ne peuvent laisser indifférent), sa lecture nécessite toutefois une profonde connaissance de l'histoire de France. Sur la question de l'antisémitisme, il est essentiel de ne pas se contenter de lire les textes de combat publiés essentiellement dans les années 1930 qui peuvent choquer, mais de lire l'étonnante lettre qu'il écrit en 1945 à ce sujet, dans laquelle on trouve la fameuse phrase : "Hitler a déshonoré l'antisémitisme". Bernanos reste attaché à un style antisémite qui lui vient des années de l'affaire Dreyfus et, en particulier, d'Édouard Drumont dont il retrace la vie dans La Grande peur des bien-pensants. Citations "L'optimisme est une fausse espérance à l'usage des lâches et des imbéciles. L'espérance, est une vertu, virtus, une détermination héroïque de l'âme. La plus haute forme de l'espérance, c'est le désespoir surmonté". "Être d'avant garde c'est savoir ce qui est mort; etre d'arrière garde c'est l'aimer encore". "On n'attend pas l'avenir comme on attend un train: on le fait". "Qu'un niais s'étonne du brusque essor d'une volonté longtemps contenue, qu'une dissimulation nécessaire, à peine consciente, à déjà marqué de cruauté, revanche ineffable du faible, éternelle surprise du fort, et piège toujours tendu!" (Histoire de Mouchette) "Les sentiments les plus simples naissent et croissent dans une nuit jamais pénetrée, s'y confondent ou s'y repoussent selon de secrètes affinités, pareils à des nuages électriques, et nous ne saisissons à la surface des ténèbres que les brèves lueurs de l'orage inaccessible." (Histoire de Mouchette) "Il n'y a de vraiment précieux dans la vie que le rare et le singulier, la minute d'attente et le pressentiment." (Sous le soleil de Satan) "Quand un homme -ou un peuple- a engagé sa parole, il doit la tenir, quel que soit celui auquel il l'a engagée." (Préface "'Journal d'un curé de campagne'") "C'est que notre joie intérieure ne nous appartient pas plus que l'oeuvre qu'elle anime, il faut que nous la donnions à mesure, que nous mourions vides, que nous mourions comme des nouveau-nés (...) avant de se réveiller, le seuil franchi, dans la douce pitié de Dieu, comme dans une aube fraîche et profonde." (Ibid) "Pour moi, le passé ne compte pas. Le présent non plus d'ailleurs, ou comme une petite frange d'ombre, à la lisière de l'avenir." ( "Monsieur Ouine") "Ah! c'était bien là l'image que j'ai caressé tant d'années, une vie, une jeune vie humaine, tout ignorance et tout audace, la part réelement périssable de l'univers, seule promesse qui ne sera jamais tenue, merveille unique! (...) Une vraie jeunesse est aussi rare que le génie, ou peut-être ce génie même un défi à l'oredre du monde, à ses lois, un blasphème!" ("Monsieur Ouine") "Il n'y a pas de pente dans la vie d'un gosse" ("Monsieur Ouine") "-Moi, je me méfie. D'une manière ou d'une autre, monsieur Ouine, je me méfie de Dieu -telle est ma façon de l'honorer." ("Monsieur Ouine") "Souffrir, croyez-moi, cela s'apprend." ("Monsieur Ouine") "Quand je mesure le temps que nous avons perdu à chercher des héros dans nos livres, j'ai envie de nous battre, Guillaume. Chaque génération devrait avoir ses héros bien à elle, des héros bien à elle, des héros selon son coeur. On ne nous a peut-être pas jugés dignes d'en avoir des neufs, on nous repasse ceux qui ont déjà servi." ("Monsieur Ouine") Oeuvres Romans Sous le soleil de Satan, Paris, Plon, 1926. L'imposture, Paris, Plon, 1927. La joie, la Revue universelle, 1928, puis, Paris Plon, 1929. Un crime, Paris, Plon, 1935. Journal d'un curé de campagne, la Revue hebdomadaire, 1935-1936, puis, Paris, Plon, 1936. Nouvelle Histoire de Mouchette, Paris, Plon, 1937. Monsieur Ouine, Rio de Janeiro, 1943, puis Paris, Plon, 1946. Les Dialogues des Carmélites, Paris, Seuil, 1949. Un mauvais rêve, Paris, Plon, 1950. Essais La Grande peur des bien-pensants, Paris, Grasset, 1931. Les Grands Cimetières sous la Lune, Paris, Plon, 1938. Scandale de la vérité, Gallimard, Paris, 1939. La France contre les robots, Rio de Janeiro, 1944, puis Robert Laffont, 1947. Le Chemin de la Croix-des-Âmes, Rio de Janeiro de 1943 à 1945, 4 volumes, puis Gallimard, 1948. Les Enfants humiliés, Gallimard, 1949. Recueils d'articles Français, si vous saviez... (Recueil d'articles écrits entre 1945 et 1948), Paris, Gallimard, 1961. Etudes sur Bernanos Biographie Jean Bothorel, Bernanos, le Mal pensant, Paris, Grasset, 1998. Joseph Jurt, « [Georges Bernanos] Une parole prophétique dans le champ littéraire », dans Europe, n°789-790, janvier – février 1995, p. 75-88. Joseph Jurt, Les attitudes politiques de Georges Bernanos jusqu'en 1931, Fribourg, Éditions Universitaires, 1968, 359 p. Bibliographie Hans Urs von Balthasar. Le chrétien Bernanos. Traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac. Paris, Seuil, 1956. Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu'il était, Paris, Mame, 1962 Jean-Louis Loubet del Bayle, L'illusion politique au XXe siècle. Des écrivains témoins au XXe siècle, Paris, Economica, 1999. Cahiers de l'Herne. Bernanos. Paris, Pierre Belfond, 1967. Cahier dirigé par Dominique de Roux, avec des textes de Thomas Molnar, Michel Estève (et al). Georges Bernanos au Brésil: 1938-1945 “ Le plus grand, le plus profond, le plus douloureux désir de mon coeur en ce qui me regarde c’est de vous revoir tous, de revoir votre pays, de reposer dans cette terre où j’ai tant souffert et tant espéré pour la France, d’y attendre la résurrection, comme j’y ai attendu la victoire. ” Musée Georges Bernanos à Barbacena, État de Minas Gerais, Brésil *******www.diplomatie.gouv.fr/label_france/FRANCE/LETTRES/bernanos/bernanos.html *******agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Georges_Bernanos Opéra opéras operatic chant lyrique chant lyriques bel canto belcantiste belcantistes Francis Poulenc France mélodie française mélodies françaises larynx laryngé laryngés français Dialogues des Carmélites Dialogues of the Carmelites entrer en religion religions catholique catholic Catholicism catholicisme catolico catolica prêtre prêtres parish priest priests pastoral Pasteur pasteurs devotion prière prayer priers latin latins latine latines cérémonie religieuse ceremonies religieuses ritual religieux rituels religious ritual rituals religious sacrifice sacrifices don de soi dons de soi mere supérieure mères supérieures superior mother mothers monastère monastères monastery recluse recluse recluses reclusion spirituelle reclusions spirituelles retraite retraites spiritual spirituals spiritualité spiritualités reverend reverends cure cures abbé abbes confesseur confesseurs confession confessions confessionnal confessionnaux serment éternel serments éternels obédience obédiences obéissance obéissances sacré sacrés sacrée sacrées sacrement sacrements sacramentel sacramentels sacred eternity syr eternities éternel éternels éternelle éternelles alleluia amen ainsi soit-il messe messes bénédiction bénédictions bénir béni bénis bénies bless blessed blessing blessings nonne nonnes nun nuns latin priest priests messe mass masses bénédictin bénédictins bénédictine bénédictines blessing oracle oracles cérémonieux cérémoniel cérémoniels cérémonial cérémoniaux vœu vœux de chasteté chasteté chastetés coeur cœurs de Jesus Christ Jésus-Christ Dieu Lord God Almighty Eternal église églises church churches sacristie sacristies sacristin sacristins sacristine sacristines prêtrise prêtrises sacerdoce sacerdoces sacerdotal sacerdotales sacerdotaux apostolat apostolats apostolique apostoliques apostolicum
29 Jun 2007
4561
Share Video

0:25
Seminar of SPK and ROS by his founder, the international expert Captain Jacques Levinet, in charge of his Academy in France with representations all over the world. Seminars everywhere on request
2 Jul 2007
1850
Share Video

0:24
SPK Seminar in Spane by the founder of the method Captain Jacques LEVINET, interntional expert and nominated Grand Master of Martial
6 Jul 2007
1504
Share Video

0:29
SPK method of street fighting against knife agression founded by the international expert Captain Jacques Levinet, nominated Grand Master of Martial Arts 2007.
6 Jul 2007
4258
Share Video

0:26
SPK (Self Pro Krav) and ROS (Real Operational System) methods founded by the international expert Captain Jacques Levinet with the application of operational locks with and without weapons
6 Jul 2007
1958
Share Video

0:48
Who ever do this must be out of mind Parachuting, or skydiving, is an activity involving a free-fall from a height using a parachute.The history of skydiving began with a descent from a balloon by André-Jacques Garnerin in 1797. Skydiving has been used by the military since the early 1900s, including use in World War I and World War II. Early competitions date back to the 1930s, and it became an international sport in 1951.Today it is performed as a recreational activity and a competitive sport, as well as for the deployment of military personnel and occasionally forest firefighters.
15 Aug 2007
606
Share Video

2:21
Bulova Rangers 3:1 Lanwa Redbull. Interview with the players LIANG Zi Cheng, KILAMA Jacques Jean and Hisanori TAKADA. (This video upload by the owner)
23 Sep 2007
574
Share Video

10:29
Beef Tenderloin Blue Cheese Potato Pancake Scallops.....by Chef Jacques Van Staden
21 Oct 2007
462
Share Video

15:10
Chicken Fricasie Potatoes Asparagus Sundried Tomatoes by Chef Jacques Van Staden
21 Oct 2007
689
Share Video

15:00
Roquefort Cheese Risotto Filet Mignon Mushrooms Onions by Chef Jacques Van Staden
22 Oct 2007
888
Share Video