Results for: occul Search Results
Family Filter:
4:52
Why is it that humans have so little knowledge regarding the meaning of the Dragon; the most universal symbol in the world? Part of the reason is because the origins of the symbol have been purposely repressed. Such laws were common with the Dogon Tribe (West Africa), Sumerian culture, the Mayan culture, and according to the biblical fourth commandment. Historically it has also been a huge taboo to ever consider the Dragon as anything more than a symbol. As you watch this video, remember that according to French Poet Baudelaire, "The greatest trick the Devil (Dragon) ever pulled was convincing the world he didn't exist.
20 Feb 2009
1345
Share Video

6:57
Communiqué : action contre le centre de rétention de Lesquin Le 25 juin 2008, à l'aube, notre groupe s'est retrouvé pour accrocher sur les grilles du centre de rétention de Lesquin une banderole de 5 mètres de long contenant le message suivant : « Hier, les rafles, aujourd'hui, les interpellations Hier, la concentration, aujourd'hui, l'enfermement Hier, la déportation, aujourd'hui, l'expulsion De Drancy à Lesquin, l'Histoire bégaye. » Au fil des années, la chasse organisée aux personnes n'ayant pas de titres de séjour s'est instituée en norme, dans l'irrespect le plus grave de leurs droits fondamentaux. L'Union Européenne, loin d'imposer par le haut le respect de la personne humaine, institutionnalise l'enfermement des personnes sans papiers. Ce glissement malsain vers une politique de chasse à l'homme sans papiers nous révolte. Si nous ne souhaitons pas faire d'amalgame, la ressemblance sur certains points de ces politiques avec celles de Vichy ne peut plus être ignorée. Comment ne pas être révolté lorsque M. Sarkozy souhaite imposer à nos enfants la mémoire d'un enfant juif mort pendant la Shoah, alors qu'à côté de nous des enfants croupissent dans des 'centres de rétention administratives » qui ne sont rien d'autres que des prisons pour étrangers ? Nous osons le parallèle avec la seconde Guerre Mondiale pour mettre le doigt sur une politique qui stigmatise des population présentées comme des boucs émissaires responsables de l'incurie économique, qu'on enferme de manière industrielle (il existe aujourd'hui 177 centres sur le territoire européen), tout en occulant les vraies causes des problèmes sociaux délaissés par les populistes au pouvoir. Nous observons des modes de contrôle, de mise à l'écart et de destruction psychologique organisés qui privent le migrant de son appartenance à la société humaine par le harcèlement, l'enfermement et l'expulsion. Par ailleurs, la déportation vers un pays dangereux peut signer, dans certains cas, l'arrêt de mort du demandeur d'asile. Rappelons nous par exemple de ce sri lankais, Elanchelvan Rajendram, qui a été assassiné 18 mois après son renvoi dans son pays – alors que son corps témoignait de la torture qu'il y avait subie, et que ses 2 frères y avaient été assassinés par les milices du gouvernement sri lankais. Les politiques en cours témoignent du mépris pour la vie de personnes qui viennent dans nos pays chercher un droit à la vie que nos politiques étrangères ne garantissent pas dans leurs pays d'origine. En prenant le parallèle Drancy / Lesquin, nous avons voulu marquer le fait que l'État français, hier comme aujourd'hui, n'a trouvé comme solution que la mise à l'écart et l'enfermement des personnes jugées indésirables. Nous dénonçons la récupération par le gouvernement actuel des idées d'extrême droite, hostiles à l'immigration, à l'étranger et à l'ouverture des frontières : nous voyons la France comme un pays à la croisée de nombreuses cultures qui en font sa richesse. Nous dénonçons les pratiques liberticides utilisées contre les étrangers : les rafles, le harcèlement, la traque des étrangers sans papiers ; l'enfermement jusqu'à 18 mois au centre de rétention ; la déportation vers des pays dangereux d'étrangers devant bénificier du statut de réfugiés selon la Convention de Genève ; la possibilité d'interdire pendant 5 ans l'accès au territoire européen à des sans papiers expulsés ; l'existence d'un système informatique de fichage biométrique des étrangers sans papiers (EURODAC) ; le recours à l'ADN, à des visas aéroportuaires, à des services privés de police en dehors de l'espace EU, la création de centres de rétention au Maroc, en Libye ou en Ukraine. Nous demandons l'arrêt de ces méthodes liberticides et inhumaines qui nourrissent l'intolérance, l'injustice et la haine. Nous appelons nos concitoyens à une vigilance accrue et à une résistance active pour lutter contre la violence exercée sur nos frères étrangers. Nous réclamons la fermeture des centres de rétention et la régularisation de tous les sans papiers.
2 Jul 2008
636
Share Video