Results for: philippe le Search Results
Family Filter:
2:20
Pour redécouvrir son père disparu en reportage dans un pays lointain, Pierre, un homme sans âge, tente un ultime rapprochement. Serré dans sa chemise d’enfant, l’appareil photo de son père au cou, il se rend avec sa sœur Sofia aux abords de la ville, sur un immense terrain vague que jadis son père l’emmena photographier. A travers une voix sur dictaphone et des portraits d'enfants de la guerre, s’ébauche un échange avec ce père par-delà le temps et les distances. Au gré des lieux et des rencontres, Pierre ouvre son regard et rapproche l’Autre au loin, en un jour étiré comme un été.
18 Jan 2012
314
Share Video

1:54
En herlig fransk komediesucces af Philippe Le Guay med Fabrice Luchini, Sandrine Kiberlain og Carmen Maura Paris, 1960. Jean-Louis Joubert lever en rolig men også småkedelig bourgeoise-tilværelse med sin kone, der nok sværger til selskabslivets lyster, men som ellers sætter en dyd i den perfekte orden indenfor hjemmets fire vægge. Arbejdet på kontoret passes til punkt og prikke, børnene går på kostskole og kommer kun hjem til højtiderne. Men en dag sættes den perfekte ramme over styr, da en flok spanske stuepiger flytter ind på tjenestepigernes sjette sal ovenover ægteparrets herskabslejlighed: Teresa, Carmen, Dolorès, Concepción og hendes kønne unge niece Maria, der netop er ankommet fra Burgos. Jean-Louis er lykkeligt uvidende om, at han snart skal drages ind i stuepigernes verden og at han står foran en fuldstændig omvæltning af sin trygge og hidtil uforanderlige dagligdag. "Kvinderne fra sjette sal" er den første i Philippe Le Guay's snart 30-årige karriere, der får dansk biografpremiere. Hans "Trois huit" ("Nightshift") blev dog præsenteret på Natfilmfestivalen for en halv snes år siden og "Le cout de la vie" har været vist på dansk tv med titlen "Det handler om penge". Denne film havde også Fabrice Luchini på rollelisten, men hvor Le Guay endnu har tilgode at vække genkendelse herhjemme, er Luchini tilgengæld et ansigt man efterhånden husker godt, efter vi de seneste år har set ham i både "Moliere" og "Paris" samt for nyligt som Catherine Deneuves mand i Francois Ozons meget succesfulde "Potiche". I "Kvinderne på sjette sal" spiller han overfor Sandrine Kiberlain, som senest forførte det danske publikum i Stéphane Brizés "Mademoiselle Chambon" og af hvis tidligere roller man især husker "Til salg", "Den diskrete helt" og "L'appartement". For de tre førstnævnte var hun César-nomineret som bedste kvindelige skuespiller. Endvidere medvirker også spanske Carmen Maura, som mange husker fra flere af Pedro Almodóvars tidlige film, ikke mindst hovedrollen som Pepa i "Kvinder på randen af et nervøst sammenbrud" fra 1988. Hendes karriere strækker sig 42 år tilbage og gæsteoptrædener i franske film som André Techinés "Elsk mig" ("Alice et Martin") og en hovedrolle i Roger Planchons "Louis, barnekongen" har også bragt hende til danske biograflærreder, men det er fortsat hos Almodóvar, at hun når det største publikum, senest i "Volver" fra 2006. Filmens manuskript er skrevet af Philippe Le Guay i samarbejde med Jérôme Tonnerre, som tidligere har stået bag filmmanuskripterne til flere af franske films største internationale succes'er de seneste årtier: Marcel Pagnol-filmatiseringerne af "Min fars store dag" og "Min mors slot" fra 1990. Han var også involveret i Claude Sautets berømmede "Et hjerte af sten" fra 1992 samt manuskriptforfatter på Patrice Lecontes "Intime betroelser" fra 2004 og samme instruktørs "Min bedste ven" fra 2006.
13 Oct 2011
541
Share Video

1:55
On ne choisit ni ses parents, ni ses enfants ! Paul de Marseul, propriétaire d’un prestigieux vignoble à Saint Emilion a un fils, Martin, qui travaille avec lui sur le domaine familial. Mais Paul, vigneron exigeant et passionné, ne supporte pas l’idée que son fils puisse un jour lui succéder. Il rêve d’un fils plus talentueux, plus charismatique… plus conforme à ses fantasmes de père ! L’arrivée de Philippe, le fils de son régisseur va bouleverser la vie de la propriété. Paul tombe en fascination devant ce fils idéal. Commence alors une partie d’échec qui se jouera à quatre : deux pères, deux fils, sous le regard impuissant des femmes qui les entourent. Et au moins l’un d’entre eux n’a plus rien à perdre …
24 Aug 2011
346
Share Video

1:54
a visit in a parisian library to discover some good stuff !
20 Jun 2011
132
Share Video

2:31
Is HTML5 being pushed for too fast? Some believe it should be standardized first before mass adoption.
21 Oct 2010
93
Share Video

18:36
*******Matth25v6****
10 Jun 2009
772
Share Video

20:00
*******matth25v6****
15 May 2009
755
Share Video

6:09
Dijon est une ville de France, préfecture du département de la Côte-d'Or et chef-lieu de la région Bourgogne. Ses habitants sont appelés les Dijonnais. En 2007, la population de Dijon intra-muros était de 153 800 habitants selon les estimations de l'Insee, ce qui en fait la 18e ville la plus peuplée de France[1]. L'agglomération Dijonnaise compte quant à elle environ 260 000 habitants. Héritière d'un riche patrimoine historique et architectural, « capitale des ducs de Bourgogne », Dijon est également touristique, gastronomique et commerçante, ville verte, avec une tradition de vie culturelle intense. C'est aussi une ville universitaire, d'affaires et de congrès et un centre économique au tissu diversifié, notamment dans le secteur des services.Dijon dispose de lun des premiers secteurs sauvegardés de France, avec 97 hectares de monuments classés et remarquablement conservés. Reconnu internationalement, son patrimoine s'est bâti au fil des siècles, et continue de se construire aujourd'hui. Le « vieux Dijon » ou centre historique conserve d'innombrables maisons anciennes, hôtels parlementaires, maisons bourgeoises mais aussi demeures plus modestes qui donnent un charme incomparable aux rues du centre ville. La création d'un secteur sauvegardé, la réfection progressive de la plupart des demeures historiques et le développement d'une zone piétonne en constante extension depuis les années 1970, permettent aujourd'hui aux Dijonnais comme aux visiteurs d'un jour de profiter de ce riche patrimoine. Le Palais des ducs et des États de Bourgogne accueille aujourd'hui le musée des Beaux-Arts et la mairie. Face au Palais s'étend la Place de la Libération en forme d'hémicycle, conçue par Mansart en 1680. La cathédrale Saint-Bénigne, construite aux XIIIe et XIVe siècles, abrite dans sa crypte, seul vestige d'une rotonde romane détruite en 1792, le tombeau du martyr éponyme, évangélisateur de la Bourgogne. L'édifice, autrefois abbatiale, était entouré de bâtiments dont subsiste l'ancien dortoir des Bénédictins, qui abrite le musée archéologique. L'église Saint-Philibert de Dijon, aujourd'hui en très mauvais état structurel, est située à quelques pas au sud-est de la cathédrale. Elle est reconnaissable par son clocher en pierre. L'église Notre-Dame, du XIIIe siècle, chef-d'œuvre du gothique bourguignon, est unique dans l'architecture gothique française. Elle abrite la statue de Notre-Dame de Bon-Espoir, ancienne Vierge noire. Sa façade occidentale est ornée de nombreuses gargouilles décoratives restituées au XIXe siècle par sept sculpteurs parisiens. L'amorce de sa tour sud supporte le Jacquemart, horloge à quatre automates[5]. La chapelle de l'Assomption toute proche abrite l'Assomption de Jean Dubois, mais n'est pas ouverte au public. Les Dijonnais ont coutume de caresser la chouette sculptée sur le contrefort d'une chapelle de Notre-Dame. Selon la légende, une caresse de la main gauche, côté cœur, porterait bonheur à qui la touche. L'église Saint-Étienne de Dijon est le plus ancien lieu de culte du castrum dijonnais. Abbaye de chanoines réguliers au Moyen Âge, cathédrale en 1731, désaffectée à la Révolution, elle est aujourd'hui occupée par la chambre de commerce et le musée Rude. La chapelle de l'hospice de la charité possède un autel à dais de présentation qui est une magnifique composition baroque en bois doré due au sculpteur Jehan Maitrier. De l'ancienne Chartreuse de Champmol subsistent le puits de Moïse, sculpté par Claus Sluter à la fin du XIVe siècle, et le portail de la chapelle.La porte Guillaume, située place Darcy, s'élève à l'emplacement d'une porte fortifiée des remparts de la ville. Elle fut érigée en 1788 par Caristie en l'honneur du prince de Condé. Le rempart de Dijon a laissé malheureusement peu de traces : le train passe sur l'ancien rempart dit "de la Miséricorde". Rue de l'Hôpital, on voit encore (en bien triste état) le bastion de Guise, qui constituait l'angle sud-ouest du rempart ; rue de Tivoli et rue Berlier, deux pans de murs sont également encore préservés. Les toits bourguignons originaux, composés de tuiles vernissées multicolores, égayent plusieurs bâtiments du centre ville (hôtel de Vogüé, maison Aubriot notamment). L'église du Sacré-Cœur de Dijon date des années 1930. Les méridiennes, indiquant le midi solaire vrai. L'une se trouve rue de la Liberté, une autre sur la façade du Palais des Ducs, une troisième à l'intérieur de la tour Philippe le Bon. On peut observer le midi solaire vrai sur ces méridiennes aux heures légales données par le tableau ci-dessous:Dijon est une ville fleurie ayant obtenu quatre fleurs avec distinction Grand Prix en 2007 au concours des villes et villages fleuris.
13 Dec 2008
1263
Share Video

3:17
La Hollande est le nom de deux provinces des Pays-Bas (la Hollande-Septentrionale et la Hollande-Méridionale créées en 1840). Ces provinces furent successivement: * Incluses dans la Lotharingie de 843 (traité de Verdun) à 925 (annexion par le Saint Empire) * Un ancien comté du Saint Empire romain germanique, de 925 à 1430, le comté est plus au moins autonome dès la fin du Xe siècle, * Une province des Pays-Bas bourguignons, de 1430 (héritage forcé de Jacqueline de Bavière au profit de Philippe le Bon) à 1482, * Une province des Pays-Bas espagnols, de la fin du XVe siècle (1504?) à 1648 (indépendance des actuels Pays-Bas) * La principale province des Provinces-Unies (1579 - 1795). Le nom Hollande est souvent utilisé pour désigner les Pays-Bas. Bien qu'officiellement incorrect, les Néerlandais eux-mêmes utilisent ce terme de façon abusive pour désigner leur pays. Le nom Holland vient de holt land (« terre boisée »). La province était le cœur culturel, économique et politique des Provinces-Unies. Les plus importantes cités y étaient situées telles Amsterdam (la capitale), Rotterdam, Leyde (Leiden), La Haye (Den Haag) (siège du gouvernement), Delft et Haarlem. Des grands ports de la province de Hollande, les marchands néerlandais parcouraient toute l'Europe et les marchands européens se rassemblaient dans les maisons de commerce d'Amsterdam. Ainsi, la plupart des Européens entendirent parler des Provinces-Unies comme « Hollande » plutôt que « République des sept provinces unies ». Cette tradition perdure. Lors de l'occupation française, les Provinces-Unies étaient réunies sous la République batave de 1795 à 1806, puis sous le Royaume de Hollande de 1806 à 1810 avant d'être entièrement annexées à l'Empire français de 1810 à 1813.
17 Oct 2008
1362
Share Video