POULENC Dialogues Des Carmélites J'en Décide Ainsi Priest Aria

By: icareh

3,323 views

Uploaded on June 28, 2007 by icareh

Dialogues of the Carmelites (in French, Dialogues des Carmélites) is an opera in three acts by Francis Poulenc. In 1953, M. Valcarenghi approached Poulenc to commission a ballet for La Scala in Milan; when Poulenc found the proposed subject uninspiring, Valcarenghi suggested instead the screenplay by Georges Bernanos, based on the novella Die Letzte am Schafott (The Last on the Scaffold), by Gertrud von le Fort. Von le Fort's story was based in turn on historical events which took place at a Carmelite convent in Compiègne during the French Revolution. Some sources credit Emmet Lavery as librettist or co-librettist, but others only say "With the permission of Emmet Lavery." According to the article by Ivry, cited below, Lavery owned the theatrical rights to the story, and following a legal judgement over the copyright, his name must be given in connection with all staged performances. The opera was first performed in an Italian version at la Scala on 26 January 1957; the original French version premiered 21 June 1957 by the Paris Théâtre National de l'Opéra (the current Opéra National de Paris).

The Dialogues contributes to Poulenc's reputation as a composer especially of fine vocal music. The dialogues are largely set in recitative, with a melodic line that closely follows the text. The harmonies are lush, with the occasional wrenching twists that are characteristic of Poulenc's style. Poulenc's deep religious feelings are particularly evident in the gorgeous a cappella setting of Ave Maria in Act II, Scene II, and the Ave verum corpus in Act II, Scene IV.

The libretto is unusually deep in its psychological study of the contrasting characters of Mère Marie de l'Incarnation and Blanche de la Force.

The popularity of the Dialogues of the Carmelites appears to be growing. Two television productions are available on DVD. The original recording with Pierre Dervaux conducting is considered by some to be the finest audio version. The opera has recently been performed by Trinity College of Music, London, under the direction of Bill Bankes-Jones.

Roles

Role Vocal type

Milan premiere, 26 January, 1957
Paris premiere, 21 June, 1957

- Marquis de la Force baritone Scipio Colombo Xavier Depraz

- Chevalier de la Force, his son tenor Nicola Filacuridi Jean Giraudeau

- Blanche de la Force, his daughter soprano Virginia Zeani Denise Duval

- Thierry, a footman baritone Armando Manelli Forel

- Madame de Croissy, the prioress contralto Gianna Pederzini Denise Scharley

- Sister Constance of St. Denis, a young novice soprano Eugenia Ratti Liliane Berthon

- Mother Marie of the Incarnation, assistant prioress mezzo-soprano Gigliola Frazzoni Rita Gorr

- M. Javelinot, a doctor baritone Carlo Gasperini Max Conti

- Madame Lidoine, the new prioress soprano Leyla Gencer Régine Crespin

- Mother Jeanne of the Child Jesus contralto Vittoria Palombini Fourrier

- Sister Mathilde mezzo-soprano Fiorenza Cossoto Desmoutiers

- Father confessor of the convent tenor Alvino Manelli Forel

- First commissary tenor Antonio Pirino Romagnoni

- Second commissary baritone

- Officer baritone

- Geolier baritone

- Carmelites, Officers, Prisoners, Townspeople chorus

Plot synopsis

The action takes place during the French Revolution and subsequent Terror.

Act I.

The pathologically timid Blanche de la Force decides to retreat from the world and enter a Carmelite convent. The Mother Superior informs her that the Carmelite order is not a refuge: it is the duty of the nuns to guard the Order, not the other way around. In the convent, the jolly Sister Constance tells Blanche (to her consternation) that she has had a dream that the two of them will die young together. The Mother Superior, who is dying, commits Blanche to the care of Mother Marie. The Mother Superior passes away in great agony, shouting in her delirium that despite her long years of service to God, He has abandoned her. Blanche and Mother Marie, who witness her death, are shaken.

Act II.

Sister Constance remarks to Blanche that the Mother Superior's death seemed unworthy of her, and speculates that she had been given the wrong death, as one might be given the wrong coat in a cloakroom. Perhaps someone else will find death surprisingly easy. Perhaps we die not for ourselves alone, but for each other.

Blanche's brother, the Chevalier de la Force, arrives to announce that their father thinks Blanche should withdraw from the convent, since she is not safe there (being a member of both the nobility and the clergy). Blanche refuses, saying that she has found happiness in the Carmelite order, but later admits to Mother Marie that it is fear (or the fear of fear itself, as the Chevalier expresses it) that keeps her from leaving.

The chaplain announces that he has been forbidden to preach (presumably for being a non-juror under the Civil Constitution of the Clergy). The nuns remark on how fear now governs the country, and no one has the courage to stand up for the priests. Sister Constance asks, "Are there no men left to come to the aid of the country?" "When priests are lacking, martyrs are superabundant," replies the new Mother Superior. Mother Marie says that the Carmelites can save France by giving their lives, but the Mother Superior corrects her: it is not permitted to become a martyr voluntarily; martyrdom is a gift from God.

A police officer announces that the Legislative Assembly has nationalized the convent and its property, and the nuns must give up their habits. When Mother Marie acquiesces, the officer taunts her for being eager to dress like everyone else. She replies that the nuns will continue to serve, no matter how they are dressed. "The people has no need of servants," proclaims the officer haughtily. "No, but it has a great need for martyrs," responds Mother Marie. "In times like these, death is nothing," he says. "Life is nothing," she answers, "when it is so debased."

Act III.

In the absence of the new Mother Superior, Mother Marie proposes that the nuns take a vow of martyrdom. However, all must agree, or Mother Marie will not insist. A secret vote is held; there is one dissenting voice. Sister Constance declares that she was the dissenter, and that she has changed her mind, so the vow can proceed. Blanche runs away from the convent, and Mother Marie finds her in her father's library. Her father has been guillotined, and Blanche has been forced to serve her former servants.

The nuns are all arrested and condemned to death, but Mother Marie is away (with Blanche, presumably) at the time. The chaplain tells Mother Marie that since God has chosen to spare her, she cannot now voluntarily become a martyr by joining the others in prison. The nuns march to the scaffold, singing Salve Regina. At the last minute, Blanche appears, to Constance's joy; but as she mounts the scaffold, Blanche changes the hymn to Deo patri sit gloria (All praise be thine, O risen Lord).

References and external links

Carmel's Heights - This CD album is an attempt to share with all some of Carmel's Saints - real persons of flesh and blood - who share with us in song their own spiritual experiences.

Cries from the Scaffold, Benjamin Ivry, Commonweal, 6 April 2001.

Dialogues des Carmélites, Henri Hell, liner notes to the recording EMI compact disc no. 7493312.

Les Dialogues des Carmélites est un opéra en trois actes composé par Francis Poulenc (1899-1963), sur un livret d'Emmet Lavery, basé sur la pièce de Georges Bernanos (1888-1948). Cet opéra fut créé le 26 janvier 1957, à la Scala de Milan.

Personnages

Le marquis de La Force (Baryton)
Le chevalier de La Force, son fils (Ténor)
Blanche de La Force (Soeur Blanche de l'Agonie du Christ), sa fille (Soprano)
Thierry, un laquais (Baryton)
Mme de Croissy (Mère Henriette de Jésus), la prieure (Contralto)
Soeur Constance de Saint Denis, jeune novice (Soprano)
Mère Marie de l'Incarnation, sous-prieure (Mezzo-soprano)
M. Javelinot, médecin (Baryton)
Mme Lidoine (Mère Marie de Saint Augustin), la nouvelle prieure (Soprano)
Mère Jeanne de l'Enfant Jésus (Contralto)
Soeur Mathilde (Mezzo-soprano)
Le père confesseur du couvent (Ténor)
Le premier commissaire (Ténor)
Le second commissaire (Baryton)
Officier, geôlier, Carmélites

Francis Poulenc, né le 7 janvier 1899 à Paris, mort le 30 janvier 1963 à Paris, est un compositeur français, membre du groupe des Six.
Biographie

Son père est un des fondateurs des établissements Poulenc Frères, qui devinrent Rhône-Poulenc.

Bien qu'il ait suivi quelques cours de composition avec Charles Koechlin, Poulenc est considéré comme un compositeur autodidacte.

Après une scolarité au lycée Condorcet, il connaît à dix-huit ans une première réussite avec une Rapsodie nègre. Avec la Première Guerre mondiale, sa production n'est guère importante. Il compose cependant Le Bestiaire, un cycle de mélodies.

Ricardo Vinès lui fait rencontrer notamment Isaac Albéniz, Claude Debussy et Maurice Ravel. Poulenc fait partie, avec Georges Auric, Louis Durey, Arthur Honegger, Darius Milhaud et Germaine Tailleferre du groupe informel de musiciens que le critique Henri Collet surnommera en 1920 le Groupe des Six, en référence au Groupe des Cinq russe (Moussorgski, Cui, Balakirev, Borodine, Rimski-Korsakov). Leur esthétique commune, influencée par Satie et Cocteau, est une réaction contre le romantisme et le wagnérisme, et aussi, dans une certaine mesure, contre le courant impressionniste.

En 1926, il rencontre le baryton Pierre Bernac pour lequel il compose un grand nombre de mélodies. Il l'accompagne, à partir de 1935 (et jusqu'à sa mort en 1963), dans des récitals de musique française donnés autour du monde. En 1928, le compositeur écrit Le Concert champêtre, oeuvre pour clavecin et orchestre destinée à la grande claveciniste Wanda Landowska et dédié à son compagnon, le peintre Richard Chanelaire.

En 1935, de passage à Rocamadour et consécutivement à la mort accidentelle de son ami, le compositeur et critique Pierre-Octave Ferroud, il vit un profond retour à la foi catholique de son enfance.

Le critique Claude Rostand, pour souligner la coexistence ou l'alternance chez Poulenc d'une grande gravité et de la foi catholique avec l'insouciance et la fantaisie, a forgé la formule célèbre "moine ou voyou". Ainsi, à propos de son Gloria, qui provoqua quelques remous, le compositeur lui-même déclara : « J’ai pensé, simplement, en l’écrivant à ces fresques de Gozzoli (Benozzo Gozzoli) où les anges tirent la langue, et aussi à ces graves bénédictins que j’ai vus un jour jouer au football ».

Il compose ses Litanies à la Vierge noire de Rocamadour, pour choeur de femmes et orgue (qu'il orchestrera ultérieurement), en 1936. Ses oeuvres religieuses par la suite furent notamment une messe (1937), un Stabat Mater (1950) et un Gloria (1959).

Le compositeur écrira aussi son fameux Les Dialogues des Carmélites en 1957.

Il a laissé plusieurs enregistrements comme pianiste soliste ou accompagnateur. On dispose aussi d'enregistrements parfois supervisés par lui et interprétés par des artistes qu'il privilégiait de son vivant, comme le baryton Pierre Bernac, la soprano Denise Duval ou le chef d'orchestre Georges Prêtre.

Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Georges Bernanos

Georges Bernanos est un écrivain français né le 20 février 1888 à Paris, décédé le 5 juillet 1948 à Neuilly-sur-Seine et est enterré dans le cimetière de Pellevoisin.

Il passe sa jeunesse à Fressin en Artois où il compose jusqu'en 1924 ses romans. Choqué par les reculades du Royaume-Uni et de la France culminant au moment des accords de Munich, il s'exile au Brésil. Il meurt en laissant le manuscrit d'un dernier livre, posthume : La France contre les robots.

Parcours

Son père est un artisan et sa mère, pieuse, femme de chambre chez le châtelain. Il garde de son éducation une foi catholique et des convictions monarchistes, et concevra toute sa vie une admiration sans faille pour le fondateur du journal La Libre parole, Edouard Drumont.

Premiers engagements
Catholique fervent, nationaliste passionné, il milite très jeune dans les rangs de l'Action française en participant aux activités des Camelots du roi pendant ses études de lettres, puis à la tête du journal, L'Avant-Garde de Normandie jusqu'à la Grande guerre. Réformé, il décide tout même de participer à la guerre en se portant volontaire dans le 6e regiment de dragons (cavalerie) ; il aura de nombreuses blessures au champ d'honneur.

Après la guerre, il s'éloigne d'une activité militante, mais se rapproche de nouveau de l'Action Française lors de la condamnation romaine de 1926 et participe à certaines de ses activités culturelles. En 1932, sa collaboration au Figaro du parfumeur François Coty entraîne une violente polémique avec l'AF et sa rupture avec Charles Maurras.

Premières oeuvres

Dans les années 1920, il travaille dans une compagnie d'assurances, mais le succès de son premier roman, Sous le soleil de Satan (1926), l'incite à entrer dans la carrière littéraire. Ayant épousé en 1917 Jeanne Talbert d'Arc, lointaine descendante d'un frère de Jeanne d'Arc, il mène alors une vie matérielle difficile et instable dans laquelle il entraîne sa famille de six enfants et son épouse à la santé fragile. Il écrit en dix ans l'essentiel de son oeuvre romanesque où s'expriment ses hantises : les péchés de l'humanité, la puissance du malin et le secours de la grâce.

Le Journal d'un curé de campagne

En 1936, paraît Le Journal d'un curé de campagne, qui sera couronné par le Grand prix du roman de l'Académie française, puis adapté au cinéma sous le même titre par Robert Bresson (1950). Ce livre est sans aucun doute porteur d'une double spiritualité : celle du Curé d'Ars et celle de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, tous deux portés sur les autels par Pie XI en 1925. Comme Jean-Marie Vianney, notre jeune prêtre est ici dévoré par son zèle apostolique, consacré qu'il est à la sanctification du troupeau qui lui a été confié. De Thérèse, il suit la petite voie de l'enfance spirituelle. Le "Tout est grâce" final du roman n'est d'ailleurs pas de Bernanos lui-même, mais de sa prestigieuse aînée.

L'exil aux Baléares, puis au Brésil

Installé aux Baléares, il assiste au début de la guerre d'Espagne et prend parti pour, puis contre les franquistes dans Les Grands Cimetières sous la Lune, un pamphlet qui consacre sa rupture publique avec ses anciens amis de l'Action française, sa rupture avec Maurras -datant de 1927- étant restée secrète jusque-là. Il y condamne les exactions et les massacres perpétrés par les phalangistes au nom du Christ, mais aussi le soutien apporté aux nationalistes espagnols par Maurras et l'Action française.

Il quitte l'Espagne en mars 1937 et retourne en France. Le 20 juillet 1938 il choisit de s'exiler en Amérique du sud. Il prévoit initialement de se rendre au Paraguay. Il fait escale à Rio de Janeiro au Brésil ( [1] ) en Août 1938. Il décide d'y rester et y demeurera de 1938 à 1945. En Août 1940 il s'installera à Barbacena, dans une petite maison au flanc d'une colline dénommée Cruz das almas, la Croix-des-âmes. Il s'éloigne alors du roman et publie de nombreux essais et "écrits de combat" dans lesquels l'influence de Péguy se fait sentir.

En 1939 ses trois fils reviennent du Brésil pour être incorporés dans l'armée française.

Pendant la Seconde Guerre mondiale il soutient la Résistance et l'action de la France libre dans de nombreux articles de presse où éclate son talent de polémiste et de pamphlétaire.

La Libération

Il poursuit une vie errante après la Libération.

Le général de Gaulle l'invite à revenir en France, où il veut le placer y compris au gouvernement ou à l'Académie. Bernanos revient, mais malade et n'ayant pas l'échine souple, reste en marge avant de se fixer en Tunisie.

Bernanos rédige quelque temps avant sa mort un scénario cinématographique adapté du récit La dernière à l'échafaud de Gertrud von Le Fort, lui-même inspiré de l'histoire véridique de carmélites guillotinées sur la place du Trône, appelées les Carmélites de Compiègne, en y ajoutant le personnage fictif de Blanche de La Force (translittération de G. von Le Fort).

Ce scénario, intitulé Les Dialogues des Carmélites est devenu le livret de l'opéra du même nom du compositeur Francis Poulenc, créé en 1957, puis a servi de base au film du Père Bruckberger, en 1960. Il a aussi été adapté au théâtre. Bernanos y traite de la question de la Grâce, de la peur, du martyre.

L'oeuvre

Le monde romanesque

Bernanos situe souvent l'action de ses romans dans les villages de son Artois natal, en en faisant ressortir les traits sombres. La figure du prêtre catholique est très présente dans son oeuvre, et est parfois le personnage central, comme dans Le Journal d'un curé de campagne. Autour de lui gravitent les notables locaux (châtelains nobles ou bourgeois), les petits commerçants, et les paysans. Bernanos fouille la psychologie de ses personnages et fait ressortir leur âme en tant que siège du combat entre le Bien et le Mal. Il n'hésite pas à faire parfois appel au divin et au surnaturel. Jamais de réelle diabolisation chez lui, mais au contraire, comme chez Mauriac, un souci de comprendre ce qui se passe dans l'âme humaine derrière les apparences.

Le style pamphlétaire

Aussi isolé - en tout cas en France - qu'un Don Quichotte, il avait dénoncé les trahisons aussi bien dans le sens autoritaire et agricole de l'État français que la technique dans ce qu'elle avait de liberticide. Ses essais traduisent par ailleurs un goût de l'amour physique et conjugal qu'on ne reverra ensuite que chez Jacques de Bourbon Busset.

Le mot Imbéciles (au pluriel) revient souvent sous la plume de Bernanos dans ses essais. Par cette injure fraternelle, il manifestait sa « pitié » pour « les petits cancres de la nouvelle génération réaliste » (les néo-maurrassiens des années 1930), et, plus tard, pour « les affreux cuistres bourgeois de gauche » (les communistes et les démocrates-chrétiens), mais aussi pour tous ceux chez qui la propagande des médias, le manque de courage personnel et la manipulation par des abstractions excessives avaient fini par remplacer l'expérience humaine réelle et concrète.

Son style ne peut être qualifié de « parlé », bien qu'il s'adresse souvent à un lecteur imaginaire. Ample et passionné (ses pages sur le Brésil ou sur Hitler ne peuvent laisser indifférent), sa lecture nécessite toutefois une profonde connaissance de l'histoire de France.

Sur la question de l'antisémitisme, il est essentiel de ne pas se contenter de lire les textes de combat publiés essentiellement dans les années 1930 qui peuvent choquer, mais de lire l'étonnante lettre qu'il écrit en 1945 à ce sujet, dans laquelle on trouve la fameuse phrase : "Hitler a déshonoré l'antisémitisme". Bernanos reste attaché à un style antisémite qui lui vient des années de l'affaire Dreyfus et, en particulier, d'Édouard Drumont dont il retrace la vie dans La Grande peur des bien-pensants.

Citations

"L'optimisme est une fausse espérance à l'usage des lâches et des imbéciles. L'espérance, est une vertu, virtus, une détermination héroïque de l'âme. La plus haute forme de l'espérance, c'est le désespoir surmonté".

"Être d'avant garde c'est savoir ce qui est mort; etre d'arrière garde c'est l'aimer encore".

"On n'attend pas l'avenir comme on attend un train: on le fait".

"Qu'un niais s'étonne du brusque essor d'une volonté longtemps contenue, qu'une dissimulation nécessaire, à peine consciente, à déjà marqué de cruauté, revanche ineffable du faible, éternelle surprise du fort, et piège toujours tendu!" (Histoire de Mouchette)

"Les sentiments les plus simples naissent et croissent dans une nuit jamais pénetrée, s'y confondent ou s'y repoussent selon de secrètes affinités, pareils à des nuages électriques, et nous ne saisissons à la surface des ténèbres que les brèves lueurs de l'orage inaccessible." (Histoire de Mouchette)

"Il n'y a de vraiment précieux dans la vie que le rare et le singulier, la minute d'attente et le pressentiment." (Sous le soleil de Satan)

"Quand un homme -ou un peuple- a engagé sa parole, il doit la tenir, quel que soit celui auquel il l'a engagée." (Préface "'Journal d'un curé de campagne'")
"C'est que notre joie intérieure ne nous appartient pas plus que l'oeuvre qu'elle anime, il faut que nous la donnions à mesure, que nous mourions vides, que nous mourions comme des nouveau-nés (...) avant de se réveiller, le seuil franchi, dans la douce pitié de Dieu, comme dans une aube fraîche et profonde." (Ibid)

"Pour moi, le passé ne compte pas. Le présent non plus d'ailleurs, ou comme une petite frange d'ombre, à la lisière de l'avenir." ( "Monsieur Ouine")

"Ah! c'était bien là l'image que j'ai caressé tant d'années, une vie, une jeune vie humaine, tout ignorance et tout audace, la part réelement périssable de l'univers, seule promesse qui ne sera jamais tenue, merveille unique! (...) Une vraie jeunesse est aussi rare que le génie, ou peut-être ce génie même un défi à l'oredre du monde, à ses lois, un blasphème!" ("Monsieur Ouine")

"Il n'y a pas de pente dans la vie d'un gosse" ("Monsieur Ouine")

"-Moi, je me méfie. D'une manière ou d'une autre, monsieur Ouine, je me méfie de Dieu -telle est ma façon de l'honorer." ("Monsieur Ouine")

"Souffrir, croyez-moi, cela s'apprend." ("Monsieur Ouine")

"Quand je mesure le temps que nous avons perdu à chercher des héros dans nos livres, j'ai envie de nous battre, Guillaume. Chaque génération devrait avoir ses héros bien à elle, des héros bien à elle, des héros selon son coeur. On ne nous a peut-être pas jugés dignes d'en avoir des neufs, on nous repasse ceux qui ont déjà servi." ("Monsieur Ouine")

Oeuvres

Romans

Sous le soleil de Satan, Paris, Plon, 1926.
L'imposture, Paris, Plon, 1927.
La joie, la Revue universelle, 1928, puis, Paris Plon, 1929.
Un crime, Paris, Plon, 1935.
Journal d'un curé de campagne, la Revue hebdomadaire, 1935-1936, puis, Paris, Plon, 1936.
Nouvelle Histoire de Mouchette, Paris, Plon, 1937.
Monsieur Ouine, Rio de Janeiro, 1943, puis Paris, Plon, 1946.
Les Dialogues des Carmélites, Paris, Seuil, 1949.
Un mauvais rêve, Paris, Plon, 1950.

Essais

La Grande peur des bien-pensants, Paris, Grasset, 1931.

Les Grands Cimetières sous la Lune, Paris, Plon, 1938.

Scandale de la vérité, Gallimard, Paris, 1939.

La France contre les robots, Rio de Janeiro, 1944, puis Robert Laffont, 1947.

Le Chemin de la Croix-des-Âmes, Rio de Janeiro de 1943 à 1945, 4 volumes, puis Gallimard, 1948.

Les Enfants humiliés, Gallimard, 1949.

Recueils d'articles

Français, si vous saviez... (Recueil d'articles écrits entre 1945 et 1948), Paris, Gallimard, 1961.

Etudes sur Bernanos

Biographie

Jean Bothorel, Bernanos, le Mal pensant, Paris, Grasset, 1998.

Joseph Jurt, « [Georges Bernanos] Une parole prophétique dans le champ littéraire », dans Europe, n°789-790, janvier – février 1995, p. 75-88.

Joseph Jurt, Les attitudes politiques de Georges Bernanos jusqu'en 1931, Fribourg, Éditions Universitaires, 1968, 359 p.

Bibliographie

Hans Urs von Balthasar. Le chrétien Bernanos. Traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac. Paris, Seuil, 1956.

Jean de Fabrègues, Bernanos tel qu'il était, Paris, Mame, 1962

Jean-Louis Loubet del Bayle, L'illusion politique au XXe siècle. Des écrivains témoins au XXe siècle, Paris, Economica, 1999.

Cahiers de l'Herne. Bernanos. Paris, Pierre Belfond, 1967. Cahier dirigé par Dominique de Roux, avec des textes de Thomas Molnar, Michel Estève (et al).

Georges Bernanos au Brésil: 1938-1945

“ Le plus grand, le plus profond, le plus douloureux désir de mon coeur en ce qui me regarde c’est de vous revoir tous, de revoir votre pays, de reposer dans cette terre où j’ai tant souffert et tant espéré pour la France, d’y attendre la résurrection, comme j’y ai attendu la victoire. ”

Musée Georges Bernanos à Barbacena, État de Minas Gerais, Brésil

http://www.diplomatie.gouv.fr/label_france/FRANCE/LETTRES/bernanos/bernanos.html
http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Georges_Bernanos

Tags:
Poulenc, Opéra, Musique, Music, Chant, Lyrique, Ténor, Nun, Nuns, Nonne, Nonnes, Prêtre, Confesseur, Priest, Music & Dance
Comments on POULENC Dialogues Des Carmélites J'en Décide Ainsi Priest Aria

RECOMMENDED CHANNELS